Combattre la moisissure : l’importance de l’isolation dans la lutte contre l’humidité

Raphaël Calorin

Publié le

Notez cet article

L’humidité est un problème récurrent dans de nombreuses habitations. De nombreux facteurs peuvent en être la cause, parmi lesquels une mauvaise isolation ou un manque de ventilation. Dans cet article, nous allons nous intéresser à l’importance de l’isolation pour combattre la moisissure et l’humidité dans votre maison.

Les causes de l’humidité et des moisissures

L’apparition de l’humidité et de la moisissure peut être due à différentes causes :

  • Infiltrations d’eau : Les fuites de toiture ou les fissures dans les murs permettent à l’eau de s’infiltrer et augmentent le taux d’humidité.
  • Condensation : La différence entre la température extérieure et celle à l’intérieur génère de la condensation sur les parois froides, favorisant ainsi la formation de moisissures.
  • Capillarité : L’eau présente dans le sol remonte par les murs, entraînant l’apparition d’humidité et de salpêtre.
  • Manque de ventilation : Une mauvaise aération favorise la stagnation de l’air humide et la prolifération des moisissures.

Le rôle central de l’isolation dans la lutte contre l’humidité

Une bonne isolation est essentielle pour lutter efficacement contre la propagation de l’humidité et des moisissures. En effet, elle permet :

  • De réguler la température intérieure : Un écart de température trop important entre l’intérieur et l’extérieur est une cause majeure de condensation. L’isolation réduit cet écart et limite ainsi les risques.
  • D’améliorer l’étanchéité du bâtiment : Une isolation performante empêche l’eau de s’infiltrer par les murs ou le toit, évitant ainsi la formation d’humidité.
  • De réduire le taux d’humidité ambiant : L’utilisation de matériaux isolants adaptés permet de réguler l’humidité et d’éviter que celle-ci ne stagne à l’intérieur.
Sur le même thème :  Caméra thermique : votre allié secret pour chasser les fuites thermiques

L’isolation thermique

Pour prévenir la formation de condensation et maintenir un niveau d’humidité correct à l’intérieur de votre maison, il est primordial de veiller à son isolation thermique. Cela passe notamment par :

  • Le choix d’un matériau isolant ayant un bon coefficient de résistance thermique (R).
  • L’application correcte de l’isolant sur les parois externes, le toit, les fenêtres et les planchers.
  • La prise en compte des ponts thermiques qui peuvent créer des zones froides propices au développement de la moisissure.

L’isolation phonique

Bien qu’elle soit moins directement liée à la problématique de l’humidité, l’isolation phonique contribue également au confort général de votre habitation. Une bonne isolation acoustique permet en effet de réduire les nuisances sonores provenant de l’extérieur ou des pièces voisines.

Les éléments à isoler pour combattre l’humidité et les moisissures

Les murs extérieurs

Un des premiers éléments à prendre en compte dans votre projet d’isolation est les murs extérieurs de votre maison. Ceux-ci représentent en effet une grande partie de la surface de contact entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment. Assurer leur étanchéité et leur résistance thermique est donc essentiel pour limiter les risques d’infiltrations et de condensation.

Isolation par l’extérieur

L’isolation par l’extérieur consiste à poser un matériau isolant sur la façade ou le pignon du bâtiment, avant de recouvrir l’ensemble d’un enduit, d’un bardage ou d’un parement. Ce type d’isolation présente plusieurs avantages, notamment :

  • Une excellente performance thermique grâce à la suppression des ponts thermiques.
  • La possibilité de rafraîchir l’esthétique extérieure de la maison.
  • La préservation de l’espace intérieur, puisque l’isolation est appliquée à l’extérieur.
Sur le même thème :  Isolation par l'extérieur à Toulouse : Trouvez le bon artisan

Isolation par l’intérieur

Lorsqu’il n’est pas possible d’isoler par l’extérieur, il faudra opter pour une isolation par l’intérieur. Cette méthode consiste à poser des matériaux isolants (laine minérale, polystyrène expansé, etc.) directement sur les murs, puis à recouvrir le tout de plaques de plâtre. Ce type d’isolation offre :

  • Un coût généralement moins élevé que l’isolation par l’extérieur.
  • La possibilité de rénover pièce par pièce selon vos besoins et votre budget.
  • Cependant, la diminution de vos espaces intérieurs est un des inconvénients de cette méthode.

Les combles et la toiture

Pour éviter la formation de moisissures dans vos combles ou sous votre toiture, il est crucial de les isoler correctement. En effet, 30% des déperditions thermiques peuvent avoir lieu par ces zones. Selon vos préférences et contraintes techniques, vous pouvez choisir entre différents types de matériaux isolants :

  • Laine minérale (laine de verre ou de roche).
  • Fibres naturelles (chanvre, coton, laine de mouton…).
  • Polystyrène expansé ou extrudé.
  • ATESMA : Blocs porteurs de la toiture fabriqués à base de polystyrène expansé.

Le choix du matériau isolant adapté au problème d’humidité

Les matériaux isolants ont des caractéristiques et performances variables. Pour lutter efficacement contre l’humidité et les moisissures, il conviendra notamment de choisir un matériau qui :

  • A une bonne résistance thermique (coefficient R) pour éviter la condensation.
  • Régule l’humidité grâce à son pouvoir hygroscopique.
  • Est étanche à l’eau pour empêcher les infiltrations.
  • Présente des propriétés antifongiques pour limiter le développement des moisissures.
Sur le même thème :  Isolation thermique d'une maison ancienne : Les points importants pour une rénovation réussie

Parmi les solutions possibles, vous pouvez par exemple opter pour :

  • La laine minérale (laine de verre ou de roche) : bonne performance thermique et acoustique, mais peu écologique.
  • Les isolants naturels (chanvre, lin, liège…) : alternatives plus responsables, avec une bonne capacité à réguler l’humidité.
  • Les isolants en mousse expansée (polyuréthane, polyisocyanurate…) : excellente résistance thermique, mais moins performants sur le plan environnemental.
Raphaël Calorin
Partager l'article, ne gardez pas cette info pour vous ;)